« LIBÉREZ-VOUS ! »

Grand Entretien extrait du IONIS Mag n°37

Titulaire de trois doctorats, enseignant, consultant et essayiste (son ouvrage Libérez votre cerveau ! est un grand succès en librairie), Idriss Aberkane s’est fait connaître pour ses travaux sur l’économie de la connaissance et les neurosciences. À 31 ans, ce brillant touche-à-tout, parfois contesté, qui a déjà tenu plus de 160 conférences à travers le monde, manie les mots et les concepts avec dextérité. Il ne s’interdit aucun sujet, quitte à parfois nager à contre-courant. Rencontre avec un électron libre qui pense que l’éducation de demain reste encore à inventer.

Que faudrait-il changer pour mieux apprendre ?
Nous sommes entrés dans le 21e siècle avec une éducation du 19e. Notre éducation est avant tout industrielle. Ken Robinson en parle beaucoup mieux que moi. Selon lui, l’éducation a un gros avantage – et il ne faut surtout pas la renier ni la révolutionner, mais la faire évoluer –, c’est qu’elle peut « servir deux millions de couverts » par jour, et même plus que ça, en France. Elle repose sur le mode du fast-food : pour servir autant de couverts, il faut réduire la carte. Pour servir deux millions de clients dans un restaurant, on ne peut pas avoir 150 000 entrées. C’est impossible et tout le monde se retrouve donc avec le même plat. Cette éducation actuelle n’est pas faite pour l’épanouissement de l’élève, mais pour le produit intérieur brut (PIB). Évidemment, aucun politique, dans aucun discours, ne dira que l’éducation renie l’épanouissement. Mais de facto, en observant la situation de la façon la plus détachée et objective possible, force est de constater que l’épanouissement n’est absolument pas un objectif de l’éducation. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle produit autant de dépressifs – on le voit avec les grandes écoles… Son objectif, c’est le PIB, pas le bonheur……

Cliquez ici pour lire la suite

Share: